Faire face au réchauffement climatique

Tours attrape-vents à Yazd = climatisation naturelle
Tours attrape-vents à Yazd = climatisation naturelle

Voir la vidéo de la conférence

Faire face au réchauffement climatique : Les solutions traditionnelles des deserts

Lieu : visioconférence

Horaires : 10H00 à 11H00

Durée : 1 séance d'1H00

Prix : Gratuit

Nb de participants : 10 personnes

Intervenant : Frédéric Morin - Architecte

Photo : Tours attrape-vents à Yazd = climatisation naturelle

L'adaptation aux climats arides : l'architecture traditionnelle des hauts plateaux désertiques en Iran.

En 1598, l'empereur Shah Abbas Ier (1571-1629) décide de déplacer sa capitale à Ispahan, une oasis au milieu du haut plateau iranien, zone semi-désertique à 1.590m d'altitude : l'amplitude thermique va de –19° à +43°C. Aucune agriculture n'est possible sans irrigation à partir du fleuve Zayandeh Roud, la « rivière qui donne la vie » qui se perd ensuite dans le désert.

Il faut donc retenir la rare eau superficielle ou capter l'eau souterraine, la conserver depuis la saison hivernale (où l'altitude fait qu'elle tombe sous forme de neige) jusqu'au milieu de l'automne suivant, l'acheminer pour la distribuer et l'utiliser plusieurs fois, en répartissant les usages entre l'irrigation des cultures, la boisson des hommes et des bêtes, l'énergie du travail des moulins (farine, textile...), le rafraîchissement des espaces de vie, maisons, jardins et hammam.

Nous allons voir ensemble comment, avec des matériaux limités à l'adobe et aussi peu de bois que possible, la tradition a mis au point des espaces et des techniques ingénieux, très simples et durables, pour vivre dans des conditions climatiques extrêmes dont Yazd (alt. = 1.216m) offre l'archétype.

Ajouter votre commentaire

Écrire un commentaire en tant qu'invité

0

Commentaires (1)